Insaisissable “image”, entre-perçue dans la brume, l’écume, le bleu de la nuit. Incertaine, fanée à peine éclose, impossible à enfermer dans le cercle de nos perceptions autrement que comme un écho, un rythme, une mélodie fredonnée à mi-voix, sourdement… C’est un souffle, une ligne sans fin, une lueur, un déplacement d’air… que la main, le regard captent par brefs éclats, en s’accrochant à quelque strie, et sur lesquels les lèvres béent sans mot dire. Pour finir, mains, yeux, cœur, pied, tâtonnant, maladroits dans leur insistance à saisir lieu comme ciel, en trouvent les veines et le pouls, dans une quête d’un autre genre… Et la pluie d’eau et d’encre en rythme le reflet. (Présentation éditrice).

mattis Sed neque. libero. libero eget luctus id ante. Praesent